Historique / statut

 

A la suite des différentes manifestations qui ont eu lieu dans le département pour commémorer le centenaire de l'école publique, des collections, des documents et matériels remarquables ont été rassemblés.

Le Centre d'Animation Pédagogique et d'Audiovisuel (CAPAV), association d'instituteurs selon la loi 1901, a été en grande partie à l'origine de cette collecte.

Pour éviter la disparition et assurer la conservation de ces documents et objets, l'Inspection académique a décidé la création d'un musée départemental de l'Éducation, le 15 avril 1982.

Le Département a soutenu ce projet et en a concrétisé la création dans ses délibérations du 21 novembre 1983 et du 27 avril 1985, en décidant, conformément à la proposition de l'Inspecteur d'académie, la conservation, l'étude et la présentation permanente des collections.

Une première convention a été signée en 1985 et révisée en 1986 pour définir les conditions de fonctionnement du musée et fixer son installation dans une ancienne école de filles à Saint-Ouen l'Aumône. Elle est depuis actualisée tous les 3 ans.

Le musée est inauguré le 10 juin 1986. Le directeur ainsi que des enseignants en mission sont nommés par l'inspecteur d'académie, le personnel associatif complète l'équipe. La commune s'est associée aux trois partenaires initiaux en 1998. L'association est alors devenue Rue des Écoles puis association du Musée de l'Éducation du Val d'Oise (MEVO) à partir de 2009. Elle a dorénavant la gestion du  musée pour seul objet.

Jusqu'en 2012, un comité de pilotage composé des représentants de chacun de ces partenaires arrête l'orientation générale des activités du musée, entend le rapport annuel de fonctionnement et contrôle la gestion financière du musée. Le musée grandit, son projet culturel et scientique s'affirme, les publics sont au rendez-vous.

Le désengagement du département

C'est dans ce contexte constructif que le département fait part de ses difficultés financières et de la réduction des subventions aux associations qu'il prévoit.

La subvention départementale 2012 est diminuée de 10%. La prise en charge de la totalité des salaires ne peut plus être assurée et en décembre 2012, un mi-temps est proposé au technicien.

Des rencontres ont lieu entre le département et les élus de la commune. L'association n'y est pas conviée.

Fin décembre 2012, le Président du conseil général annonce, par courrier, son désengagement pour 2013. Il concrétise cette décision par une convention de subvention qui fixe à 30 000€ le solde de la contribution du département. La suppression de la subvention du département conduit au licenciement de l'ensemble des personnels associatifs dès janvier.

La convention quadripartite qui liait jusqu'en décembre 2012, le Conseil général, la Direction des services départementaux de l'Éducation nationale, la commune de Saint-Ouen l'Aumône et l'association Musée de l'éducation du Val d'Oise n'est pas reconduite. La suppression de l'aide matérielle apportée par le Département est prévue pour la fin de l'année 2013.

La commune informe l'association qu'elle ne se substituera pas au Département, la CACP est sur la même ligne.

L'ensemble des activités du musée est touché. Le musée entre dans une période de transition que les autres partenaires initiaux accompagnent en poursuivant temporairement leur contribution. La DSDEN maintient, pour une année, les enseignants en mission au musée, le rectorat de Versailles renouvelle les 3 heures hebdomadaires allouées au professeur relais mais l'association est informée que la mission des enseignants pourrait se terminer en juin 2014.

La commune assure l'hébergement mais précise qu'elle souhaite, à terme, reprendre les locaux suite à une augmentation des élèves sur le secteur. Le musée redeviendra une école.

La CACP maintient sa subvention annuelle de 7500 euros mais ne souhaite pas porter le musée.

Le musée national de l'éducation maintient les 6 heures hebdomadaires allouées aux professeurs qui travaillent sur l'inventaire.

L'association assure la gestion du musée pour cette période transitoire.

La DRAC Île-de-France- Service Musée, accompagne l'équipe dans la recherche de solutions.

L'association, désormais seule pour faire face aux difficultés lance une pétition qui recevra plus de 2000 signatures (http://www.petitionpublique.fr/?pi=mevo). Elle diffuse des lettres d'informations en direction de ses publics et de la presse pour informer de la situation et de son évolution.

La recherche de solutions

L'année 2013 est tout entière tournée vers la recherche de nouveaux partenaires. Réunions et rencontres se succèdent..

De nombreuses pistes sont étudiées : rapprochement avec la CACP, avec la commune de Pontoise, le PNR ou le CRDP, l'université, mais aussi mutualisation avec d'autres lieux culturels, départ vers une autre communauté d'agglomération et, à défaut de trouver une solution en région parisienne, transmission des collections au musée national de l'éducation.

C'est dans cet esprit que la note d'intention pour Un musée de l'éducation en Île-de-France est rédigée et présentée aux décideurs. Elle préfigure ce que pourrait être le futur projet scientifique et culturel du musée.

La question du devenir des collections devient préoccupante et il est décidé de préparer leur éventuelle transmission, qui pourrait être rendue nécessaire en fonction des évolutions de la situation.

Malgré toutes les démarches entreprises par l'association depuis plus d'une année pour continuer à faire vivre le musée y compris en le transformant, aucune solution n'a pu voir le jour.

L’Éducation nationale a mis un terme à la mission des enseignants qui exerçaient au musée de l'éducation du Val d'Oise. Ils sont désormais réaffectés sur d'autres postes.

En l'absence de personnel, le musée est fermé en septembre 2014.

La question de la sauvegarde des collections reste entière et inquiétante : l'association n'étant pas en mesure de faire face seule à cette situation.

Durant l'année 2015, une projet d'installation du centre de ressources est en cours d'élaboration avec la commune de Gonesse.

alt alt alt