Archives des expositions

 

 

Calligraphies, atelier mené par Abdallah Akar - 15 février au 9 mars 2012

alt

 

L'exposition inscrite dans le projet "Monument éphémères" initié par le Théâtre 95 a permis de découvrir le résultat d'un travail mené de juillet à novembre 2011 au musée de l'Éducation du Val d'Oise.

Les participants ont proposé un regard sur le théâtre à travers les alphabets. Leurs réalisations témoignent des échanges avec l'artiste et de la rencontre entre calligraphie et arts plastiques. Elles se glissent dans le musée et trouvent leur place parmi les collections, emmenant le visiteur à la découverte de la richesse des alphabets du monde.

 

Exposition conçue et réalisée par le musée de l'Éducation de Val d'Oise.

Calligraphe, plasticien : Abdallah Akar

Photographe : Joseph Jago

 

Géographies, par Ghislaine Escande - 15 février au 3 juillet 2011

alt

 

Une artiste se glisse dans les salles du musée de l'Éducation du Val d'Oise...

La démarche de Ghislaine Escande nous a conduits à souhaiter son intervention dans les différentes salles du musée, au cœur de l'exposition actuelle Une histoire de l'École – les collections s'exposent.

Ses recherches portent en particulier sur les thèmes du temps et de l'espace ; ses pratiques abordent les transformations dues aux vieillissements, aux brûlures du feu ou de la lumière, aux recouvrements aléatoires ou voulus. L'artiste joue sur les principes de conservation / dégradation / sublimation, sur les rapports entre l'art et la mémoire, sur les représentations du monde dans des déclinaisons originales de la cartographie, sur les mots, les formes, les couleurs et les textures.

Plusieurs de ses réalisations puisent dans les contenus et les traces de cahiers d'écoliers ou de manuels récents ou plus anciens. Elles entrent en résonance avec les mots et les croisements des disciplines : géographie, histoire, sciences, art et philosophie par exemple.

Le dialogue que l'artiste provoque entre les collections et ses œuvres apporte une lecture nouvelle, exacerbe nos regards et nous intrigue. La poésie qui s'installe dans les salles nous surprend et nous embarque pour une navigation singulière. Le titre Géographies proposé par Ghislaine Escande rappelle que la géographie s'enseigne avec les cartes, elle nous dit que des géographies imaginaires sont peut-être à construire par le public à partir de celles proposées. Elle ajoute : « Chacun des modules de la première salle peut être vu comme un territoire et plus largement comme la représentation du monde. »

Exposition conçue et réalisée par le Musée de l'Éducation du Val d'Oise

Commissaires de l'exposition : Yvonne Colin-Danne professeur d'arts plastiques, Françoise Saghaar-Bessière, directrice.

 

 

Je, tu, il, elles : questions d'Éducation – Octobre 2006 – juin 2008

alt

 

Depuis la fin du XIXe siècle, l'école a reçu pour mission la promotion des valeurs d'égalité au sein de la société. Si l'école est un des lieux où se fabriquent et se transmettent des représentations liées au masculin et au féminin, elle contribue aussi à l'émancipation des filles par l'éducation de tous.

Comment l'école contribue-t-elle à fabriquer des représentations du féminin et du masculin ?

Comment ces représentations sont-elles véhiculées ?

Comment l'école les remet-elle en cause et pourquoi ?

Comment encourage-t-on ou résiste-t-on aux choix conventionnels d'orientation scolaire et professionnel liés aux genres ?

 

Exposition conçue et réalisée par le Musée de l'Éducation du Val d'Oise avec la contribution de Dominique Le Tirant , chercheuse, ethnologue.

Scénographie : Dany Gandon et Jean-Christophe Pons pour Scénorama

Graphisme : Dany Gandon et Jean-Christophe Pons pour Scénorama

 

 

Grandes vacances – Septembre 2005 – juillet 2006

alt

 

Les vacances représentent pour chacun d'entre nous un moment particulier, plus ou moins attendu, plus ou moins important. Faites du désir de repos, de rupture, d'exotisme, d'évasion, de retrouvailles, mais aussi d'inattendu, elles font la part belle au rêve. Leur attente et leur souvenir enchantent le quotidien...

En s'intéressant au temps sans école, à cette période dite de latence, le thème des grandes vacances renvoie tout à la fois au monde scolaire et au monde du travail.

 

Le Val-d'Oise garde la trace des premiers vacanciers : maisons de villégiature, campings, et hôtels à proximité de sites touristiques, colonies de vacances, plages...

Sans prétendre à l'exhaustivité, cette exposition met en évidence l'évolution des pratiques et des représentations. Les vacances sont devenues progressivement un fait social de masse, elles ont pris, petit à petit, différents visages : industrie pour les uns, espace de liberté pour les autres ou bien encore espace de formation... Entre choix collectif et choix individuel, comment l'évolution des pratiques des vacances nous informe-t-elle sur l'évolution des mentalités, nous renseigne-t-elle sur nous-même ?

 

Exposition conçue et réalisée par le musée de l'Éducation du Val d'Oise et l'Atelier de Restitution du Patrimoine et d'Ethnologie du Conseil général du Val d'Oise

Scénographie : Enora Postec et Pauline Normier pour Le Carré bleu

Graphisme : Alice Delachapelle

 

 

L'art, un cas d'école – janvier 2005

alt

Le musée départemental de l'Éducation s'ouvre à l'art contemporain. Il s'agit ici de réactiver la mémoire de l'école et de montrer son importance dans les démarches artistiques actuelles. Mais, quel intérêt pour un artiste d'aller puiser des outils, des motifs ou une posture dans la vie écolière ? Pour certains, revenir à « la petite école » serait un moyen pour mieux s'en affranchir ; pour d'autres, ce serait un prétexte pour mettre en question l'art. Enfin si « l'art moderne est pédagogique » parce que décomposant son « propre mode de réalisation » les souvenirs scolaires permettraient aussi à l'artiste de se laisser aller à une certaine enfance de la vision. L'art serait alors un « cas d'école ». Certains artistes détournent des mobiliers, outils ou jeux scolaires, d'autres jouent sur la posture du professeur ou celle de l'élève. Punition, apprentissage, laïcité et liberté sont des thèmes abordés qui dépassent l'anecdote scolaire. Quelle place, quel rôle prendra le spectateur dans cette exposition : maître ou élève ? Il deviendra témoin, assigné à tel ou tel point de vue, il sera également mis en situation d'expérimentation. Au-delà d'un réflexion sur l'école, il découvrira des démarches artistiques et comprendra que l'art a une place dans les grands débats de société.

 

Exposition conçue et réalisée par le musée départemental de l'Éducation

Commissariat : Béatrice Martin, professeur d'arts plastiques et Sandrine Morsillo, plasticienne

Avec les contributions de Art Orienté Objet, Hervé Bacquet, Richard Conte & François Salis, John Cornu, Philippe Favier, Galerie Maeght pour Gérard Gasiorowski, Daniel Lé, Jean Le Gac, Sandrine Morsillo, Gabriel Orozco, Joël Paubel, Pierre Petit, Amanda Riffo, Didier Trenet, Diane Watteau.

 

École et vexin français 1960-1970 février à septembre 2004

L'exposition « Ecole et Vexin français » tente une analyse de ces phénomènes et vise à souligner l'essentiel des changements considérables intervenus dans le paysage scolaire du Vexin français dans les années 1960-1970.

Les changements fondamentaux qui ont touché l'école durant cette période sont illustrés par 6 thèmes, chacun apportant un éclairage particulier.

 

Conception et réalisation par le Parc naturel régional du Vexin français et le Musée départemental de l'Éducation du Val d'Oise,

avec la participation des services du Conseil Général du Val d'Oise :

- la Direction de l'action culturelle : la mission Patrimoine, l'Atelier de Restitution du Patrimoine et de l'Ethnologie

- la Direction des Archives départementales.

Scénographie : Carré bleu

Conception graphique : Pluralis

 

 

Classe(s) à faire... – octobre 2003

Ou l'art de composer une classe. Les élèves entrent et s'installent dans la salle aux tables et chaises disposées en rangs, en grappes ou en fer à cheval. A la fois moteur et résultat de la réflexion pédagogique, le mobilier scolaire raconte l'histoire de l'Éducation.

Le musée départemental de l'Éducation esquisse un panorama du mobilier scolaire, du XIXe siècle à nos jours. Classe(s) à faire s'intéresse aux questions d'hygiène, d'ergonomie, d'esthétique ainsi qu'aux courants pédagogiques et à l'évolution de la société : autant de paramètres qui contribuent à définir le mobilier scolaire. Les collections du musée - tables-bancs, mobiliers ergonomiques, photographies de classe et documents audiovisuels - usagers et visiteurs témoignent. L'exposition laisse entrevoir l'influence des formes, couleurs, matériaux sur les apprentissages, sur les attitudes et sur notre mémoire.

Le musée propose un parcours, de la reconstitution d'une salle d'école primaire, vers 1900, à l'expérimentation du mobilier scolaire actuel. Il invite à s'interroger sur l'école du futur : comment prendra-t-elle en compte les nouveaux besoins ? Quelle place occuperont les nouvelles technologies au sein de l'enseignement ? Comment pourra-t-on concilier ergonomie et logique économique ?

Ludique et manipulable, chacune des salles traversées sert de matière première pour des classes à faire, à inventer par chaque visiteur.

 

Exposition conçue et réalisée par le musée départemental de l'Éducation

Graphiste : Guillaume Cosson

 

 

Eaux usées, usages de l'eau – mars 2003

Épandage et maraîchage à Bessancourt, Frépillon, Herblay, Méry-sur-Oise, Pierrelaye, Saint-Ouen l'Aumône, de 1864 à 2002.

Accueillir cette exposition qui concerne le territoire de proximité, est pour nous l'occasion de mieux connaître le site sur lequel est implanté le musée, de nous interroger sur son histoire, son devenir, de rencontrer ses habitants et d'échanger. C'est aussi nous intéresser à l'évolution des connaissances scientifiques et à leur retentissement sur les mentalités et les représentations.

Lectures des paysages, éducation à l'environnement, géographie, géologie, faune, flore, histoire... L'exposition permettra à tous de prendre conscience des rapports entre l'éducation, les programmes ministériels et les questions de société.

L'atelier de restitution du patrimoine et d'ethnologie du Conseil général, nous propose un travail de recherche pour « reconstituer le fonctionnement du réseau technique et retracer le labeur des gens de la plaine de Méry-Pierrelaye ». Il étudie l'incidence du système d'épandage des eaux usées de la Ville de Paris sur la société et le paysage à partir d'enquêtes et de témoignages réalisés auprès des habitants.

Le musée y fait écho, les collections mises en regard invitent au débat, pour échanger sur des questions d'actualité.

 

Partenariat musée départemental de l'Éducation et l'Atelier de Restitution du Patrimoine et d'Ethnologie du Conseil général du Val d'Oise

Recherches, conception et réalisation des modules : Atelier de Restitution du Patrimoine et d'Ethnologie du Conseil général du Val d'Oise

 

 

Regardez voir ! - Janvier 2003

La découverte du travail de José Castillo, plasticien originaire de Santo Domingo a été le déclencheur d'exploration en arts visuels dans les classes de Saint-Ouen l'Aumône.

Des démarches particulières et des productions d'élèves témoignent de pratiques actuelles dans ce domaine artistique. L'exposition au musée départemental de l'Éducation présente ces regards d'élèves d'aujourd'hui.

Enfants, enseignants, conseillers pédagogiques, artiste, commune, musée départemental de l'Éducation sont partenaires dans cette aventure qu'ils se proposent de partager avec les visiteurs.

Si l'exposition est l'occasion de s'étonner des capacités de réaction, de réflexion et d'invention des enfants, elle veut aussi évoquer l'histoire de la discipline.

Du « dessin » aux « arts visuels », de 1880 à 2003, quels enjeux, quelle place pour l'éducation artistique à l'école ? Matériaux, outils et techniques, propositions faites à l'enseignant par le Ministère, à l'élève par le maître, notions et concepts abordés, vocabulaire utilisé : le survol des instructions officielles au cours du siècle permet une première approche.

 

Conception et réalisation : musée départemental de l'Éducation

Coordination : Jenny Gouffran, Yvonne Colin-Danne

 

 

Inventaire 002, Etiquetés, étiquetons, les objets s'en mêlent... - Janvier 2002

Inventaire 002 invite le voyageur à se perdre dans l'imaginaire d'une collection et dans les entrailles d'un musée, tel Pinocchio dans le ventre de la baleine. L'inventaire déploie les objets dans une logique qui lui est propre, une logique qui mène au rêve et conduit à l'émotion poétique. Travaillant la matière même du musée, interrogeant son environnement autant que sa collection, l'espace inventaire devient l'espace inventé.

D'un empilement de cartons fermés sur leurs secrets à une accumulation d'objets savamment étiquetés, c'est le processus d'inventaire qui prend vie : les séries s'accoquinent, suspendues à des rais de lumière, les appareils de projection se réveillent dans l'obscurité d'une remise, une studieuse salle de classe se fait insolite et insolente, des étagère de manuels et de registres se théâtralisent, les tables se souviennent...

La relation entre les objets, leur présentation sont autant d'indices qui témoignent de pratiques pédagogiques et de l'évolution des mentalités.

Les objets et documents présentés, provenant pour la plupart de dons de particuliers, convient le visiteur, en un juste retour des choses, à s'associer à la réflexion menée au musée sur les apprentissages et l'éducation dans la société, bref, à s'en mêler et à s'emmêler... les souvenirs et les émotions, les idées et les envies, les pinceaux et les crayons !

 

 

Conception et réalisation musée départemental de l'Éducation.

Scénographie :  Carré bleu

 

 

Faire école – Mai à décembre 2001

alt

 

Plus que d'une exposition, c'est d'un dialogue qu'il s'agit, dialogue entre les collections du musée et les œuvres de deux plasticiens, Sandrine Morsillo et Jean Le Gac.

Présenter des pratiques artistiques, c'est, pour nous, choisir de mettre en valeur et d'activer le lieu, le principe d'exposition et les œuvres. Si les artistes investissent ou plutôt s'incrustent voire parasitent un « musée de l'école », en retour, quelle part prend « l'école » dans l'art contemporain ?

Conception et réalisation musée départemental de l'Éducation.

Commissariat : Jean-Le-Gac et Sandrine Morsillo, plasticiens.

 

Etude violette aux madeleines acoustiques – avril 2001

Le musée devient, pour quelques jours, salle de spectacle, pour présenter les premières représentations de cette création musicale réalisée à partir des collections. Grâce au dispositif de huit haut-parleurs qui les entourent, les spectateurs sont plongés dans un décor virtuel exclusivement composé de sons qui évoquent de manière à la fois concrète et poétique le déroulement d'une matinée d'école dans une classe de type « Jules Ferry » en milieu rural. Ce « film sonore » est accompagné par les interventions en direct du comédien chanteur : tantôt image du maître qui fait la classe à des élèves bruyants mais invisibles, tantôt miroir du spectateur aux prises avec ses souvenirs d'école, il est l'ordonnateur du rituel d'évocation dont il ponctue les péripéties par des paroles chantées ou des interventions instrumentales au guide-chant.

 

Création musicale Patrick Lenfant , auteure Françoise Gerbaulet., acteur Jean-Paul Farré

 

 

Lectures – septembre 2000

L'exposition, est composée de photographies de Charles Henneghien, reporter. Les tablettes cunéiformes, pierre de Rosette, glyphes mayas, manuscrits tibétains, cahiers, livres et journaux ne sont que des jalons ; les enfants, les adultes et les écoliers photographiés sont le reflet d'une activité humaine universelle, aux pratiques fortement contrastées : la lecture.

 

Conception et réalisation Charles Henneghien et musée départemental de l'Éducation

 

 

Transmissio... ou la vie agitée du savoir – juin 2000

Que nous racontent un buste d'Homère, une collection d'oiseaux ou de fossiles, un engrenage de machine, une licorne, des globes terrestres et des héros d'aventure, une encyclopédie, un enseignoscope ?

Les cabinets de curiosités présentés posent une série de questions d'actualités sur les cheminements et les processus qui permettent d'apprendre, parfois de repenser, voire de rénover la manière de transmettre, et se transmettre. Comment faisons-nous pour découvrir, échanger, communiquer ? Quelles sont les expériences quotidiennes qui enrichissent nos connaissances ? Quels rôles jouent la télévision, la famille, l'école, le musée ?

Coproduction musée départemental de l'Éducation et musée vivant du roman d'aventures.

 

 

Mémoires pour Demain – avril 2000

2500 élèves décrivent leur vie de tous les jours, formulent leurs questionnements, affirment leurs opinions... L'objet, l'écriture, le dessin, la photo, la vidéo, le son, le document, montrent la diversité des moyens de transcription. Ils nous dévoilent également l'intime, la spontanéité, l'humour et le sérieux. La mise en scène nous plonge dans l'univers d'une série de boîtes, de taille identique et de couleur verte, couleur qui semblerait être celle d'un avenir. Le silence s'installe comme dans une salle de documentation ou d'archives...

 

Conception et réalisation musée départemental de l'Éducation avec les contributions de l'inspection académique du Val d'Oise, des archives départementales du Val d'Oise et du conseil général du Val d'Oise.

Conçue et réalisée par le musée départemental de l'Éducation, pour clore l'opération départementale menée pendant cinq ans dans les écoles, collège et lycées.

 

En marge des cahiers – septembre 1999

Mémoire du temps individuel et collectif, reflet de l'histoire sociale par ce qu'il décrit de la formation du futur citoyen, mais aussi témoin des émotions, le cahier est abordé ici dans ses permanences et ses débordements. Exercices d'écolier, cahiers professionnels autobiographiques ou travaux d'artistes, les thèmes de l'exposition nous font redécouvrir cet objet usuel et nous invitent à en feuilleter quelques 300 exemplaires.

 

Coproduction : musée départemental de l'Education / Henri Mérou,

 

Ne bougeons plus ! ... Un siècle de photos de classe – Janvier 1998

On y découvre un multitude de documents photographiques historiques et actuels, qui révèlent la vie de l'école, ses rythmes, ses habitudes : outils, classes, coutumes vestimentaires, sports...

À cette occasion les habitants de Saint-Ouen l'Aumône et, bien sûr, tous ceux qui voudraient participer, sont invités à constituer, avec le Musée, une collection des photos de classe de leur commune...

 

Conçue et réalisée par la mission écomusée du département du Val d'Oise

 

Photofolies : mon voisin, cet inconnu – Mai 1997

Photofolies en Val d'Oise invite chaque année depuis 1994 les classes maternelles et élémentaires du département à mener un projet photographique sur un thème commun. Le but de Photofolies est d'encourager les enseignants à entreprendre des activités photographiques dans leurs classes : ils proposent à leurs élèves des activités de lecture d'image et progressivement les placent en situation d'être eux mêmes photographes.

Pour l'édition 1997, le thème Mon voisin cet inconnu est retenu. Il conduit à s'interroger sur l'exclusion. L'exclusion c'est d'abord dans le regard de l'autre qu'on la mesure. Ce qui est choquant dans cette image ce n'est pas qu'elle existe, c'est surtout que ce qu'elle montre nous dérange. C'est à la façon dont nous traitons nos exclus que nous serons jugés.

 

Conçue et réalisée par l'Inspection académique, s'appuyant sur les travaux des élèves. Installation réalisée en partenariat avec le musée de l'Éducation du Val d'Oise.

 

 

Les caprices du temps – 1996-1997

Quel temps fera-t-il demain ? Toute la vie sur la Terre est tributaire des conditions atmosphériques.

L'homme a toujours essayé de prévoir le temps : de ses croyances, de ses remarques sont nés les dictions populaires. Puis à partir d'innombrables observations et d'instruments de mesure qu'il a longuement perfectionnés, une science s'est développé : la météorologie. Observer, mesure, analyser, modéliser tel est le cheminement qui aujourd'hui conduit à la prévision.

 sensibles (le ciel, les nuages, les précipitations, la température, le vent...), en passant par la mesure et ses appareils (thermomètre, bbaromètre, hygromètre...), l'exposition conduit le visiteur à la prévision. De la grenouille à l'hygromètre, du rossignol au baromètre, du dicton à l'ordinateur, le Musée départemental de l'Éducation et Météo-France vous invitent à observer et à mieux comprendre les caprices du temps.

Coproduction musée départemental de l'Education et Météo France.

 

Le Val d'Oise à vol d'oiseau – Mars 1993 à décembre 1994

Le musée départemental de l'Éducation vous invite à la découverte du Val d'Oise à travers un ensemble de photographies aériennes et de cartes représentatif des différents types de paysages du département.

Dans les multiples facettes du paysage valdoisien s'inscrivent les siècles d'histoire humaine. Souvent la photographie aérienne révèle ce passé. Les clichés exposés nous montrent les différents types de villages et leur développement, comment l'homme a profité de la nature pour installer son habitat, comment les voies de communication ont été fréquemment à l'origine d'une urbanisation...

Voir d'en haut permet de comprendre.

Le musée entraîne le visiteur dans un exposé géographique original.

L'Institut Géographique National, pour sa part, nous explique, les techniques modernes de cartographie.

Pour accompagner cette présentation, le musée, conservatoire de notre patrimoine scolaire, nous restitue les différents matériels qui ont été employés par faire accéder un nombre croissant d'enfants, à la connaissance géographique : manuels, atlas, cahiers de cartographie, cartes et tableaux muraux, films fixes..., sans oublier le traditionnel mémento de géographie du Certificat d'Etudes Primaires. Mais l'Éducation ne se fait pas qu'à l'école. Dans la famille ce sont les nombreux jeux éducatifs à l'ingéniosité parfois surprenante qui permettent d'asseoir et d'enrichir les connaissances géographiques de l'enfants. De nombreux jeux sont aussi exposés : puzzles, lotos, jeux de cubes, jeux de cartes....

Conception et réalisation musée départemental de l'Éducation

 

Les petits Poulbots – mars 1991 – décembre 1992

Une exposition consacrée à un dessinateur-humoriste dans un musée de l'éducation cela peut surprendre ! Certains penseront que dans un tel lieu ce n'est pas sérieux. Il suffit pourtant de se pencher sur l'oeuvre de Poulbot pour voir qu'il méritait grandement cet hommage : parce que Poulbot est un témoin, un observateur d'enfants, un pédagogue et que son oeuvre est trop souvent méconnue.

Conception et réalisation musée départemental de l'Éducation, avec la contribution de Jean-Perrier, collectionneur.

 

1789-1795 en Val d'Oise février 1989 à décembre 1990

L'exposition réalisée grâce au concours de la Société historique de Pontoise, du Val d'Oise et du Vexin, des services Départementaux du Préinventaire et des Archives et du Musée national de l'Education présente, à travers les documents originaux, les événements et les transformations qui ont affecté les habitants du Vexin, du Parisis et du Pays de France.

Les principaux thèmes abordés sont : la situation économique et administrative de la région à la veille de la Révolution, les trois catastrophes, les élections de 1789, les doléances, la division administrative du royaume en 1790, la confiscation et la vente des biens du clergé, la nouvelle organisation ecclésiastique, la formation de la garde nationale, la patrie en danger, les réquisitions, les subsistances, l'état civil, le calendrier révolutionnaire, le système métrique, la religion, les obligations civiques, l'état de l'école et l'oeuvre scolaire de la Révolution.

Conception et réalisation musée départemental de l'Éducation avec les contributions de la Société historique de Pontoise, du Val d'Oise et du Vexin, des services Départementaux du Préinventaire et des Archives et du Musée national de l'Education.

 

 

Du caillou à l'ordinateur, histoire du calcul et de son enseignement. - octobre 1987 à décembre 1988

Après l'exposition inaugurale sur l'écriture, il paraissait bien naturel de consacrer la suivante à l'histoire du calcul et de son enseignement. En effet, si l'apprentissage de la lecture et de l'écriture a été longtemps la fonction essentielle de l'École, l'enseignement du calcul, apparu plus tardivement, est devenu, depuis la fin du Moyen-Age, l'un des éléments de la trilogie scolaire : « lire, écrire, compter ».

Depuis les calculi jusqu'aux calculatrices actuelles, la première partie présente des systèmes de numération et des procédés de calcul employés par différentes civilisations. Cette fresque historique montre la longue démarche qui va conduire l'homme d'un besoin de conservation du nombre, à la conception d'un système de numération efficace, et à la réalisation d'instruments de calcul perfectionnés.

Dans la seconde partie, on peut saisir l'évolution en France des techniques et méthodes d'enseignement du calcul, dans leur contexte scolaire, culturel, social et économique. A cette occasion, le visiteur remarquera que nous vivons actuellement une transformation considérable de cet apprentissage : depuis quelques années, notre société se donne pour objectif la diffusion d'une science mathématique qui était depuis la Renaissance réservée à une minorité.

 

Conception et réalisation : musée départemental de l'Éducation avec la contribution des professeurs de l'Ecole Normale de Cergy et l'inspection académique